Actualités

Les cartes redistribuées chez les messieurs ?

Cet après-midi, au Zénith de Caen, c’était programme technique pour les messieurs de la Voltige. Alors que rien ne lui avait résisté jusqu’alors, le Français Jacques Ferrari doit concéder son trône sur ce test. Il reste néanmoins leader au provisoire. 

© PSV Photos

Son programme technique sur le thème de l’écolier n’a pas parfaitement fonctionné et c’est avec une triste mine de premier de la classe subitement recalé que Jacques Ferrari s’est présenté aux médias. « J’ai eu du mal à rentrer dans ce programme technique. J’espère vraiment redresser la barre demain. Je ne me chercherai jamais d’excuses, mais je dois reconnaître que j’ai mal au dos depuis hier. Mais c’est le sport. Il y a des hauts et des bas. Et clairement, aujourd’hui, je considère que je suis trop bas. Le score final, je m’en fiche. Ce que je veux, ou que j’aurais voulu, c’est être à la hauteur, tout simplement. C’est le programme technique le plus instable de ma saison et je suis déçu… » Bienveillant, Davy Delaire, le sélectionneur et entraineur national de l’équipe de France a tempéré les propos de son jeune prodige : « Seule la perfection intéresse Jacques. Il ne se fait aucun cadeau, ne se pardonne aucune faiblesse. Ce programme technique est très difficile, nous le redoutions. Il demande à la fois du technique et de l’artistique. Nos voltigeurs sont sans doute un peu moins souples que ceux de l’Allemagne par exemple. Pour autant, si les cartes sont en cours de restribution, tout est encore à faire. Lors des derniers Mondiaux, de mémoire, je crois que les trois premiers garçons se tenaient en 11/1000e. Un tel championnat est toujours très serré et si Nicolas et Jacques continuent de bien travailler, le titre devrait se jouer en famille », souriait-il.

Nicolas Andréani se maintient en deuxième place du classement provisoire et occupe également la deuxième place du programme technique : « J’ai ressenti une immense émotion. Je considère ma prestation comme une réussite. Au niveau des notes premièrement. Mais aussi personnellement : c’était la dernière fois que je présentais le mime Marceau. Ce mime mérite d’être joué sur scène et celle du Zénith était parfaite pour cet adieu au personnage. Je me suis éclaté. Je profite de chacun des tours de Just, dont je pense que lui aussi, pour ses troisièmes Jeux, approche de la fin. » Guerrier, le cheval a appréhendé ce test avec une immense classe, selon sa longeuse, Marina Joosten Dupon : « Just est un seigneur qui se battra jusqu’au bout et qui l’a encore une fois démontré aujourd’hui. Il entre seul en piste, sans avoir besoin d’être sollicité. Il reste dans un état de concentration impressionnant. »

La première place sur ce test revient à l’Allemand Erik Oese dont l’aiguille et les push-ups étaient remarquables. A la quatrième place, à seulement dix-sept ans, le plus jeune voltigeur de la compétition, le Mauricien Lambert Leclezio, a reçu une standing ovation de la part de l’ensemble de la tribune voltigeurs. Demain, le Zenith entier se lèvera, à n’en pas douter, pour le nouveau champion du monde, à l’issue d’une bataille qui s’annonce bien plus serrée qu’hier.

Retour à la liste des actualités