Actualités

Un boulevard pour Joanne Eccles

Le programme technique Dames vient de se terminer au Zénith de Caen. Plus rien ne semble pouvoir détrôner la reine Joanne Eccles, qui continue de briller devant une foule en délire.

© PSV Photos

Elle marche sur la Voltige mondiale avec la même facilité qu’elle pirouette sur son cheval. Cet après-midi, en voyant évoluer l’Ecossaise Joanne Eccles, le plus raide, le plus gauche, le moins habile de tous balais s'est senti capable de voltiger tant la prestation de Joanne a semblé simple : aucun accroc, pas le moindre tremblement, pas une pointe de pieds rebelle. La perfection incarnée, qui devrait demain, selon toute vraisemblance, s’emparer de la médaille d’or. « Je confirme, ça s’est très bien passé, a-t-elle modestement souri aux médias présents pour l’accueillir en zone mixte, dont la BBC qui suit depuis le début les prouesses de la prodige. Il faut dire que je me sens tellement bien dans cette arène ! A la fin, j’ai tout de même goûté au plaisir que je m’étais jusqu’alors interdit en restant quelques secondes de plus au milieu de la piste, et en regardant tous ces Union Jack qui flottaient dans les gradins. Toutes ces personnes qui suivent la voltige et qui en plus soutiennent les Britanniques, c’est juste fou ! » En toute logique, elle prend la tête, et de manière confortable (près de 3 dixièmes d’avance sur l’Italienne Anna Cavallaro dans ce test), de ce début de deuxième manche sur laquelle ne s’affrontent que les dix meilleures voltigeuses de la première manche.

Parmi ces dix, cocorico, la Tricolore Anne-Sophie Musset qui ressort de piste moins satisfaite d’elle que lors des précédents tests, avec une moyenne de 7,474 : « En fait, j’aurais eu besoin de deux minutes supplémentaires avant mon entrée en piste. Sur la dernière piste d’échauffement, j’ai eu un petit problème qui m’a perturbé et je me suis donc un peu moins posée pendant le test. Certaines figures ne sont pas sorties comme je l'aurais voulu, dont plusieurs que je réussis habituellement très bien en compétition, comme la roulade avant ou les aiguilles. Ce n’était vraiment pas une question de pression : je n’ai pas ici d’objectifs de résultats. Je dois toutefois reconnaître que j’ai sans doute plus travaillé le programme libre que le programme technique. Donc attendons demain, et advienne que pourra. »

Au classement du programme technique, la Britannique Joanne Eccles s’impose sur l'Italienne Anna Cavallaro et sur l’Américaine Mary McCormick, troisième. 

 

 

  

Retour à la liste des actualités