Actualités

Stratégie gagnante ?

Demain, 166 couples, issus de 45 nations, candidats aux titres de champions du monde d’endurance par équipes et en individuel, partiront à l’assaut des 160 km du parcours d'endurance autour de Sartilly dès 7 heures. Ce parcours comprend 5 boucles, offrant des profils très différents les uns des autres. La première boucle est annoncée comme parmi les plus délicates. Quelle stratégie adopteront les coureurs ? 

La première boucle est par définition celle qui compte le plus grand nombre d’engagés. Or c’est précisément sur cette première boucle que l’une des principales difficultés techniques intervient : le rétrécissement de la piste dans un goulot d’étranglement où se rejoindront dès les premières minutes les 166 couples. Pour la Portugaise Brigitte Pinto, cinquième l’an dernier du Pré-Ride et meilleure amazone de la course, les concurrents au titre individuel devraient partir à très vive allure, aux alentours de 19 km/h. « Pour ne pas perdre de temps, ceux qui visent le titre individuel vont devoir passer parmi les premiers ce goulot. Pris dans le peloton, dans la masse, ce sera trop difficile et il faudra y aller au pas. »

Même analyse du côté des Bleus : « J’ai demandé à mes cavaliers d’entrer dans ce passage dans le calme et la régularité. Il va falloir gérer très correctement, ne pas se laisser prendre dans le groupe. Je leur fais confiance, en sachant qu’ils sont les mieux placés pour gérer cette difficulté, que mes conseils ne peuvent être que théoriques », commente Bénédicte Emond-Bon. 

Lors des derniers championnats du monde, les Emirats Arabes Unis avaient doublement raflé la mise par équipes : à Lexington en 2010 et à Euston Park en 2012. Aux Etats-Unis, l’Espagnole Maria Alvarez Ponton s’était imposée en individuel sur son fantastique Nobby ; en Angleterre, le couple terminait aux pieds d’un podium 100% emirati.

Retour à la liste des actualités