Actualités

La deuxième vie de Pepo Puch

Jusqu’en 2008, l’Autrichien Pepo Puch était de toutes les plus grandes échéances internationales en Concours Complet. Le cavalier participait même aux Jeux Olympiques d’Athènes en 2004. Quatre ans plus tard, une très mauvaise chute le prive de sensibilité sur le bas du corps… L’équitation fera partie intégrante de sa rééducation et le mènera vers d’autres grands rendez-vous : d’abord à Londres, dont il repart champion paralympique en 2012 en grade 1b de Para-Dressage, puis à Caen, où l’athlète participera à ses premiers Jeux Equestres Mondiaux. 

© PSV Photos

Vous êtes arrivé hier matin à Caen : quelles sont vos premières impressions ?

Tout est super. Bien sûr les plannings, notamment de disponibilité des paddocks de détente et d’entraînement, sont très denses, mais c’est une joie immense d’être à Caen, au cœur de l’événement. La piste est absolument fabuleuse. 

Vous arrivez auréolé d’un titre paralympique : quel est votre objectif sur ces Jeux ?

Ce sont mes premiers Jeux Equestres Mondiaux, et je suis accompagné par ma jument Fine Feeling, qui était déjà de la partie londonienne. Elle va très bien, est en grande forme. Je l’ai économisée ces derniers temps en vue des Jeux. Alors bien sûr, nous allons tout faire pour être les meilleurs, même si par équipes, je pense qu’il est illusoire pour l’Autriche de viser l’une des cinq premières places. En individuel, tout peut arriver (sourire).

Vous incarnez sans doute mieux que quiconque l’esprit des Jeux ?

Effectivement, j’ai vécu de très grands événements en Concours Complet chez les valides, puis en Para-Dressage. Et peu de personnes s’en souviennent, mais avant tout cela, j’ai même été champion d’Europe d’Endurance sur 160 km au début des années 1990. Alors si j’en ai la possibilité, je vais bien sûr tout faire pour pouvoir profiter au mieux de mes Jeux, notamment en allant soutenir mes collègues du Concours Complet. 

Retour à la liste des actualités