Actualités

Les finalistes ont dit…

Les quatre finalistes de la tournante délivrent leurs impressions sur cette ultime épreuve.

Les finalistes ont dit…
© PSV Photos

Jeroen Dubbeldam, médaillé d’or (Zenith SFN)

« J’avais beaucoup de pression et mon propre cheval m’en a rajouté encore en signant un sans-faute avec Patrice. Mais je suis très content qu’il ait pu finir cette finale avec un sans-faute, il le méritait vraiment. Je suis très fier de lui, il m’a tellement donné tout au long de la semaine ».

Patrice Delaveau, médaillé d’argent (Orient Express*HDC)

« Ici, je connais tout le monde. Tout le monde me connaît. Dans les tribunes, il y avait au moins 70% des gens que j’avais déjà vu au moins une fois (rires). Je suis un peu déçu. Terminer deuxième à quelques centièmes de seconde est toujours dur à avaler. Mais Jeroen a été le plus fort aujourd’hui : il a fait quatre parcours parfaits. Mon point de pénalité ? J’ai perdu un petit peu de temps avant le dernier obstacle. Je voulais absolument garder le cheval compact, j’ai donc pris un peu trop mon temps ».

Beezie Madden, médaillée de bronze (Cortes C)

« Je suis très contente de cette nouvelle médaille de bronze. J’ai toujours dit que Cortes allait être un super cheval de championnat et il l’a prouvé aujourd’hui en alignant quatre parcours sans-faute. Je suis très fière de lui et notre semaine ici à Caen a été fantastique, avec une équipe américaine incroyable ».

Rolf-Göran Bengtsson, quatrième (Casall Ask)

« J’espérais être parmi ceux qui sont sur le podium mais malheureusement je reste à ses pieds aujourd’hui. Sortir à quatre points avec mon propre cheval n’était pas idéal pour me lancer dans cette finale et je ne m’attendais pas du tout à cette faute sur le triple. Je ne sais d’ailleurs pas ce que j’aurais pu changer pour que cela passe sans problème. La mal chance a ensuite continué avec le cheval de Jeroen, Zenith. Il était plus sensible que ce que nous pensions. Je n’ai pas réussi à le garder suffisamment avec moi ce qui m’a valu une faute et du temps ».

Frédéric Cottier, chef de piste

« Je ressens beaucoup de soulagement après cette finale. Je voudrais féliciter ces quatre champions qui ont tous énormément de talent. Le parcours était difficile et le temps accordé a fait son œuvre. Mon but était que le règlement de cette finale permette de ressortir des quatre cavaliers le champion du monde, c’est ce qu’il s’est passé. Je suis content de pouvoir dire que les quatre chevaux paraissaient frais et cela m’a fait plaisir de voir qu’ils n’avaient pas l’air fatigués ».

Retour à la liste des actualités